Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
263
montchat

sont vides, elles attendent les statues de saint Jean-Baptiste et de saint Zacharie. Au-dessous, le rétable est décoré de deux bas-reliefs en terre cuite : l’atelier de Nazareth et la mort de saint Joseph.

Dans le transept de gauche, se trouve la chapelle du Sacré-Cœur. La statue du divin Maître est placée entre celles de la bienheureuse Marguerite-Marie et de sainte Gertrude. Au rétable, deux bas-reliefs : saint Jean, appuyé sur le cœur de Notre-Seigneur, et Marguerite-Marie Alacoque adorant le Sauveur. Au bas de l’autel, trois rosaces encadrent le monogramme du Christ.

L’église n’est pas encore décorée de tous ses vitraux ; ceux qui se trouvent dans l’abside, œuvre de L. Bégule, représentent les mystères du Rosaire. Voici la description de ceux des petites nefs, exécutés par MM. Nicod et Jubin. À gauche : 1° Adam et Ève chassés du paradis terrestre ; 2° Le Sacrifice d’Abraham ; 3° Le Prophète Élie nourri par un ange. À droite : 1° Saint Pierre délivré par un ange ; 2° L’Ange de la Résurrection avec les saintes femmes ; 3° Les Anges servant Notre-Seigneur au désert. Les verrières qui restent à exécuter représenteront des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, dans lesquelles figurent des anges.

Le chemin de la Croix, œuvre de Giscar de Toulouse, est en terre cuite peinte et a figuré à l’exposition des arts religieux de Lourdes. La chaire, par le même, est également en terre cuite. Les panneaux sont ornés de quatre bas-reliefs représentant les évangélistes, séparés par des anges en prière. Quatre anges, une croix sur la poitrine, soutiennent la chaire posée sur une colonne ; au pied de celle-ci se trouvent les quatre grands docteurs de l’Église et au dossier de la chaire un bas-relief représentant Jésus entouré de ses disciples et prêchant aux foules. Signalons enfin, au fond de l’église, une statue de saint Antoine de Padoue portant l’Enfant Jésus.


MONTCHAT

La paroisse de Montchat fut érigée en 1873. L’administration ecclésiastique confia le soin de cette fondation à M. l’abbé Thévenin, vicaire de Saint-François-de-Sales. On installa d’abord le culte dans une chapelle provisoire située avenue du Château, mais bientôt, lorsque M. l’abbé Michallet eut succédé à M. Thévenin, les vœux unanimes appelèrent la construction de l’église définitive. Sur un terrain donné généreusement par la famille Richard-Vitton, on éleva le bel édifice qu’on voit présentement, œuvre des architectes Morel et Bethenod. L’église fut commencée au printemps de 1874 : on construisit d’abord la nef et deux travées, puis on livra cette partie au culte le 13 juin 1875. Au printemps de 1891, on reprit les travaux et l’église achevée fut consacrée le 1er septembre 1894.

L’église de Montchat, dédiée à Notre-Dame-du-Bon-Secours, est un remarquable