Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XVI
HISTOIRE DES ÉGLISES ET CHAPELLES DE LYON

vraisemblablement du vie ou viie siècle ; Saint-Côme, Saint-Saturnin, du ixe ; Saint-Laurent, du même âge ; Saint-Jacques ou Jacquème, qui servit aux assemblées du Consulat ; Saint-Alban, contigu à la maison de Roanne, que Pierre de Bourgogne, archevêque, transmit, en 1138, aux religieux de Saint-Claude du Jura ; le Saint-Esprit du pont du Rhône, à la descente du pont de la Guillotière, du côté de Bourg-Chanin, fondée par les Frères Pontifes au cours de 1185 ; la Trinité, siège d’une puissante association, si dévouée à l’instruction publique ; Notre-Dame de Bon-Rencontre, dans l’enclos des Cordeliers, au-dessus du Port-Charlet ; Notre-Dame de Lorette, à Beauregard, dans le Gourguillon ; Saint-Claude au sommet du Griffon ; Saint-Roch de la Quarantaine, rendez-vous des pèlerins apeurés au moindre signe de contagion. Le palais de l’archevêché, Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I 0034.jpg sous le vocable de Notre-Dame-de-Grâces, l’Hôtel de ville, les prisons de Roanne, la forteresse de Pierre-Scize, possédaient des oratoires intérieurs, dotés de prébendes et d’un service régulier.

Les recluseries, dont l’abbé Pavy porte le chiffre à dix-huit et que le savant M. M.-C. Guigne réduit à onze, ont eu leur belle époque dans les xie, xiie et xiiie siècles, pour disparaître au xvie. Les Échevins leur payaient une aumône de trois gros, à chaque fête de Noël, et, par une ordonnance du 4 septembre 1389, l’archevêque Guillaume de Thurey leur confirma la distribution de trois ânées de seigle par an et de six deniers par semaine, qu’ils soutenaient recevoir depuis saint Eucher. Les onze édicules, la cellule et le petit jardin adjacents, habités indistinctement par des hommes ou des femmes, des laïques ou des prêtres, n’étaient pas arbitrairement espacés ; la plupart précédaient une des portes de l’enceinte fortifiée et semblait y tenir un veilleur. Saint-Épipoy était placé entre la porte de Bourgneuf et celle de Pierre-Scize ; Sainte-Marguerite, au-dessus, au midi du château; Saint-Barthélemy, au pied de la montée de l’apôtre ; Sainte-Marie-Madeleine, près de la Croix de Colle ; Saint-Martin-des-Vignes, au delà de la Quarantaine ; Saint-Clair-sous-Sainte-Foy, plus en aval ; Sainte-Hélène, à l’entrée de la rue de ce nom sur le Rhône ;