Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/377

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
325
marie-thérèse

Cousins, au quartier Saint-Jean, avec deux de ses filles que lui avaient envoyées de Bordeaux l’abbé Lespiaut : sœurs Séraphine et Louise, une converse sœur Céleste et une prétendante Marianne David. Cette seconde fondation égala la première en régularité et en fécondité. Les sœurs partageaient leur temps entre la prière, le soin du modeste externat, bientôt très fréquenté, et le travail manuel nécessaire à leur subsistance.

Le Père Lespiaut, fondateur de Marie-Thérèse.

Le 25 juin 1824, elles quittèrent l’ancien hôtel d’Albon pour l’immeuble Généla, au n° 32 de la montée du Chemin-Neuf ; mais cette maison, encore qu’elle fut plus propre à leur genre de vie, était trop étroite, aussi Mère Marie de Jésus acheta-t-elle, dès la fin de l’été, au prix d’une rente viagère, une maison et un terrain attenant à l’immeuble Généla. Elle eut ainsi les coudées plus franches. Le jardin avec ses deux allées de marronniers et de tilleuls donnait à la maison un fort bon air ; au bout de l’allée de marronniers, se trouvait un ample pavillon isolé : on en fit la chapelle en attendant mieux. L’institut dès lors se propagea assez vite : la troisième fondation fut celle de Limoges en 1832, puis vint celle de Nîmes en 1837, après que le pape Grégoire XVI eut approuvé, le 9 mai 1835, les constitutions, et le 20 avril de la même année confirmé solennellement cette approbation par un bref.

La règle définitive voulait pour directeur un supérieur général : l’abbé Lespiaut étant mort le 11 novembre 1830, M. l’abbé Féret, vicaire général de Limoges, lui succéda. Mère Marie de Jésus, cette parfaite religieuse, dont la bonté était la marque distinctive, mourut, le 6 décembre 1842, entre les bras de sa sœur, Mlle Julie Brochet de la Bochelière. Elle avait épuisé ses dernières forces par d’incessantes visites à ses diverses communautés et par le chagrin qu’elle éprouva profondément de certaines dissensions, dont l’effet après sa mort fut que la maison de Bordeaux et celle de Limoges se sépa-