Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
357
récollets

Le Père Nicolas René, Récollet.

Un témoignage de reconnaissance que nous a gardé un immense et beau parchemin digne de la calligraphie qu’il contient, est celui qu’adressèrent, le 16 janvier 1713, au prévôt des marchands et aux échevins, au nom du monastère, les frères Bénigne de Villaret, provincial, Prosper de Romans, gardien, Épiphane Nicaud, ex-provincial, René de la Coste, définiteur, et Ferdinand d’Arnal, définiteur, en un style cordial et très digne. Ils rendent grâce à Messieurs de la ville « des bienfaits qu’ils n’ont cessé d’en recevoir, depuis le 22 décembre 1622, où ils leur permirent de bâtir le monastère, auquel leur protection a été un signe de l’approbation d’En-Haut, comme il a paru à la suite heureuse de son histoire ». Ils rappellent les facilités qu’ils eurent de leur bienveillance, les aumônes nombreuses qu’ils reçurent de leur charité et de leur piété dans des commencements malaisés ; ne leur donnaient-ils pas tout récemment encore la réparation du vitrage du réfectoire ? Ils rappellent aussi qu’en signe de gratitude, les armes de la ville étaient apposées depuis longtemps sur la porte du monastère Saint-François de Lyon, et enfin ils supplient le consulat de vouloir se reconnaître pour vrai et légitime fondateur de cette maison et de celles qui en sont nées dans la province. Le consulat se rendit volontiers à cette requête, et jusqu’à la fin de l’ancien régime il demeura en bonnes relations avec les Récollets.

Ceux-ci n’enflèrent pas leur cœur dans la prospérité ni dans leur multiplication extraordinaire, non plus que dans les succès obtenus en chaire, notamment dans la première moitié du xviiie siècle. Depuis qu’ils avaient une province distincte de Saint-Bonaventure, une province à eux, la province Saint-François, et qu’en 1637, le souverain pontife avait supprimé leurs litiges avec les Cordeliers, ils s’étaient accrus d’année en année, on pourrait presque dire de mois en mois. Le chapitre général de la province Saint-François,