Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/411

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
359
chapelle de balmont

jardin et clos. La maison était confinée à l’est par la montée Saint-Barthélemy et le clos des Lazaristes, à l’ouest par le clos de la maison d’Albon, au midi par les Chazeaux. La maison et le tènement comprenaient une superficie de 189.428 pieds carrés, dont 26.653 pieds pour la maison claustrale, l’église, le cuvier et la hangar, et le reste en terrasses, jardin, vignes et terrains ensemencés, le tout formant une surface de 15 bicherées faibles.

La maison claustrale joignait l’église au midi, et l’on y parvenait par un grand escalier en pierre à doubles rampes avec palier, construit dans un péristyle ayant son entrée sur la montée Saint-Barthélemy. La maison formait trois corps de bâtiments, dont deux pour les ailes ; au centre se trouvaient la terrasse et le jardin. L’édifice était desservi par deux escaliers, le premier étage comprenait le réfectoire et d’autres grandes pièces ; le second les chambres des religieux, séparées par des cloisons, couloirs et corridors ; le troisième d’autres cellules et le grenier. L’église joignait au nord le bâtiment claustral, prenait comme lui son entrée sur le palier du grand escalier, construit dans le péristyle. Au midi du corps de bâtiments longeant la montée Saint-Barthélemy, du côté de l’est, se trouvait une terrasse avec jardin ; puis, à l’extrémité méridionale, un hangar et un cellier dans lequel étaient un pressoir et une cuve pour la vendange. À la suite et à l’ouest de cette première terrasse, il en existait une seconde formant aussi jardin et terre ensemencée, puis, toujours à l’ouest, une terre à froment et à vigne, l’une et l’autre contiguës et situées sur la pente de la montagne.

La vente eut lieu pour la somme de 65.132 livres ; on en excepta toutefois la bibliothèque des religieux appartenant à la nation et qui se trouvait dans une pièce au-dessus de l’église. De plus, le droit du propriétaire fut limité quant au régime des eaux. Aujourd’hui, la chapelle des Récollets a disparu, et cet ordre religieux lui-même ne possède plus à Lyon aucune maison.

CHAPELLE DE BALMONT

Dans le quartier de la Duchère, à Vaise, près de la limite de Lyon, au n° 1 de la montée de Balmont, se trouve une modeste chapelle dont nous allons retracer l’histoire. Par une bonne fortune bien rare, les documents abondent sur cet oratoire, et on en peut suivre l’histoire pendant deux siècles et demi.

La chapelle fut fondée, le 2 mai 1656, par Pierre Roy, marchand, tireur d’or, à Lyon. Le 1er août de la même année, l’édifice étant achevé, on procéda à sa bénédiction. Trente ans plus tard, le 26 septembre 1687, sans doute à la suite de réparations, on mit sur l’autel une pierre sacrée de marbre blanc, qu’on enveloppa d’un treillis vert, et on y glissa un parchemin mentionnant la fondation qu’on vient de rapporter. Le 1er janvier 1708, on procéda à une révision ou inventaire. En 1719, le sieur Chalmette ayant acheté