Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
20
histoire des églises et chapelles de lyon

les services dépendant du chapitre : salle d’assemblée, prétoires pour l’officialité ecclésiastique et pour la justice seigneuriale, bureaux des officiers du comté, logement des prêtres habitués, école des clercs. Il est à présumer que le rez-de-chaussée sur rue aurait été, selon le vieil usage lyonnais, disposé en boutiques pour des commerçants.

Plan du quartier Saint-Jean au xvie siècle. (Restitution de M. R. Lenail.)

I. Hôtel d’Albon. — II. Sacristie Saint-Étienne. — III. Hôtel de Saint-Chamond ou de Chevrières. — IV et V. Chantrerie. — VI. Maison de Gaste. — VII. Maison de Fougères. — VIII. Précenterie. — IX. Maison de Beaujeu. — X. Maison de Saint-Romain. — XI. Maison d’Ars. — XII Prévôté. — XIII. Chamarerie. XIV. Petite custoderie. — XV. Sainte-Croix. — XVI. Saint-Étienne. — XVII. Saint-Jean. — XVIII. Manécanterie. — XIX. Petit cloître. — XX. Cour de l’archevêché. — XXI. Saint-Romain. — XII. Maison du Bâtonnier. — XXIII. Officialité. — XXIV. Archidiaconé. — XXV. Trésorerie. — XXVI. Maison de Rolin de Semur. — XXVII. Prisons. — XXVIII. Archevêché. — XXIX. Sacristie Saint-Jean. — XXX. Custoderie. — XXXI. Dépendances. — XXXII. Doyenné. — XXXIII. Maison du tire-corde. — XXXIV. Prébende Sainte-Catherine. — XXXV. Prébende Saint-Pierre. — A. Porte Frot. — B. Entrée des Estres. — C. Porte du Coter. — D. Porte de Savoye. — E. Maison canoniales. — F. Porte de Thyers. — G. Portes de la Bombarde.

Sans avoir proprement un caractère monumental, cette construction énorme aurait accusé davantage encore, par son importance, l’aspect chétif de la demeure du primat des Gaules. Pendant longtemps nos archevêques résidant à Pierre-Scize, dans l’ancien burg des comtes de Lyonnais et Forez, ne possédaient, auprès de leur cathédrale, qu’une sorte de pied-à-terre où ils descendaient quand ils présidaient aux solennités. C’est