Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
224
histoire des églises et chapelles de lyon

Rousse, Oullins, Saint-Étienne, Nîmes, Perpignan, Celte, Nevers, Roanne, Reims, deux maisons à Lille, Le Teil, quatre maisons en Angleterre, trois en Irlande, trois à New-York, trois en Belgique, deux en Espagne, enfin deux à Rome.

À Lyon, comme on l’a dit, se trouvent deux établissements : celui de la Croix-Rousse et celui, plus ancien et plus important, de la rue Rachais au quartier de la Buire. Ce dernier, fondé en 1883, compte une vingtaine de religieuses.

Chapelle des Petites-Sœurs de l’Assomption, rue Rachais.

La chapelle occupe un vaste rectangle sans nef, ni colonnes, et est éclairée par le vitrail de l’Assomption ; la Vierge est accompagnée de deux anges portant l’inscription : Assumpta est Maria in cœlum. À droite, quatre vitraux achèvent de donner une clarté abondante : ils représentent les évangélistes, saint Luc avec le bœuf, saint Marc avec le lion, saint Matthieu et l’ange, saint Jean et l’aigle.

Le chœur est vaste et possède deux tables de communion, celle des sœurs et celle des fidèles qui sépare ceux-ci des stalles des religieuses placées en chœur. Deux petits autels, ceux de la Sainte Vierge et de saint Joseph, encadrent le chœur. Les statues du Sacré-Cœur, de saint Antoine de Padoue, de saint Roch et saint Augustin complètent l’ornementation de la chapelle