Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
345
capucins

chœur sur lequel est la bibliothèque qui contient environ 6.000 volumes en différents formats ; une petite maison à l’extérieur, près la porte dudit couvent ; un étage avec son rez-de-chaussée ; dans le clos, une tonne en fer de 152 pas de longueur, une allée de tilleuls ; le restant divisé en trois jardins potagers et un parterre au milieu des bâtiments. » Dans la sacristie se trouvaient 74 aubes ; 12 surplis ; 34 nappes d’autel ; 14 nappes avec dentelle ou mousseline ; 36 corporaux ; 300 purificatoires ; 2 chappes ; 46 chasubles de différentes couleurs ; 30 chandeliers argentés ou arqueminés ; 4 missels ; 8 calices argent ; l ostensoir d’argent ; 1 ciboire argent ; 1 custode argent ; enfin 1 petite croix d’argent contenant du bois de la vraie croix. »

Nicolas de Dijon, célèbre capucin de la province de Lyon.

Il reste peu de souvenirs archéologiques du couvent des Capucins, la gare Saint-Paul ayant fait disparaître la majeure partie des bâtiments du monastère.

Près des Oratoriens, aujourd’hui Saint-Polycarpe, se trouvait un second couvent de Capucins, appelé du Petit-Forest, dont une place a conservé le nom. Ce couvent fut établi en l’année 1622, sous la protection de saint André, apôtre. Catherine de Médicis, reine de France, posa la première pierre du bâtiment en passant à Lyon, en 1632. Comme leurs frères plus anciens, les religieux occupaient leur temps à la prédication. Lorsqu’éclata le choléra, en 1628, les Capucins du Petit-Forest s’offrirent pour soigner les pestiférés : un chiffre, qui a son éloquence, indique que vingt-trois d’entre eux moururent du fléau, cette même année. Les uns périrent à Lyon, les autres en servant les malades aux environs de la ville : ainsi, à Vaulx-en-Velin près Lyon, moururent les frères Mathieu d’Arnay-le-Duc, Mathieu de la Chaise-Dieu et Jean-Baptiste de Vienne. À la Révolution, la municipalité fit inventorier les objets qui se trouvaient dans le couvent. Parmi les choses précieuses, on remarqua trois calices de vermeil, quatre calices d’argent, un ciboire de vermeil, un autre en argent, un ostensoir en vermeil, douze grands chandeliers et vingt-sept petits.