Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
364
histoire des églises et chapelles de lyon

nous donnons ici la vue intérieure. Quant à l’œuvre des aveugles, sa maison de Saint-Simon fut bénite le 28 octobre 1897, par le cardinal Coullié, et son directeur actuel est M. le chanoine Lémann, directeur également de l’orphelinat de Balmont, qui a succédé à la maison des sourds-muets fondée par M Forestier.

INSTITUTION DES CHARTREUX

Le chanoine Peyre, ancien supérieur des Minimes, l’un des restaurateurs de l’enseignement libre au xixe siècle.

Nous eussions aimé, dans ce volume, faire une plus large place aux maisons d’enseignement, rappeler le souvenir de ceux qui, après la Révolution, présidèrent à la réorganisation de cet enseignement libre, de nouveau et plus que jamais menacé, qui le firent refleurir au cours du dernier siècle, les Thibaudier, les Hyvrier, les Peyre, et d’autres encore. L’espace restreint dont nous disposons ne le permet pas, et nous n’oublierons pas que nous avons spécialement à décrire les églises et chapelles.

Toutefois, nous ne pouvons point omettre de tracer en quelques lignes l’histoire et la description de la chapelle de l’Institution des Chartreux et de l’École Ozanam, deux monuments récents qui font honneur à notre ville.

La chapelle fut bâtie sur les plans de M. Tony Desjardins, architecte départemental et diocésain. Elle fut consacrée en 1865, par Mgr Donnet, archevêque de Bordeaux, en présence de M. Vaïsse, préfet du Rhône, de La Saussaye, recteur d’Académie, et d’une nombreuse et choisie assistance.

La façade de la chapelle est particulièrement élégante. Dans le tympan qui surmonte le porche, on a sculpté un Christ enseignant des enfants réunis autour de lui. Le haut de la façade se termine par une statue de la Mère de Dieu abritée sous un dais de pierre sculptée. Le maître-autel est de pierre sculptée ; il porte au-devant un magnifique bas-relief représentant le Christ accompagné de saint Jean l’Évangéliste, saint Polycarpe, saint Pothin et saint Irénée, quatre personnages dont se réclame l’église de Lyon à ses origines, puisque saint Pothin fut envoyé à Lyon par saint Polycarpe, disciple de l’apôtre