Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
41
notre-dame de fourvière

un sanctuaire. Des colonnes accouplées, trapues, portent solidement assise sur de vastes tailloirs une voûte surbaissée. Des fenêtres rares et relativement étroites distribuent une lumière pauvre et qui ne pénètre que discrètement derrière les énormes supports de cette architecture puissante. La crypte est inachevée, mais son ossature énergique satisfait, et l’on voudrait qu’une grande sobriété présidât au fini de ces nobles masses qu’une trop grande richesse pourrait amoindrir.

La description sommaire de notre monument serait incomplète si nous ne faisions connaître le symbolisme de sa décoration, la pensée religieuse directrice de son ordonnance.

Sculptures et mosaïques des tribunes.

Fourvière est l’acropole de la Cité, ou pour mieux dire et employer une expression biblique, c’est la Sainte Sion, de là ces tours, ces murailles, ces contreforts aux couronnements ingénieusement crénelés ; mais Fourvière est aussi la Maison d’or de Notre-Dame, de là la richesse intérieure, ses revêtements de marbres, d’ors et d’émaux, cette ornementation chantante qui proclame la pureté, la beauté, et la virginité d’une femme pleine de grâce, bénie par dessus toutes les femmes.

Au dehors sont réservés les motifs empruntés à l’Ancien Testament. Les parois des grandes murailles renferment dans leurs saillies grossières toute l’histoire biblique. Nous y verrons les Rébecca, les Rachel, les Judith, les Esther, figures charmantes, aurores de la Vierge promise. Au dedans nous rencontrerons les réalités vivantes de l’Évangile. La crypte est consacrée à saint Joseph, ses sept autels donneront dans leurs rétables la vie du saint Patriarche : les Épousailles d’abord, puis l’Adoration des bergers, la Présentation au Temple, la Fuite en Égypte, l’Atelier de Nazareth, le Recouvrement au Temple, et enfin à l’autel majeur, la Mort de saint Joseph.

Dans l’église supérieure, le grand autel est consacré à l’Immaculée-Conception et les huit autels de la nef aux mystères de la vie de la Sainte Vierge : la Nativité de Notre-Dame, la Présentation au Temple, l’Annonciation, la Visitation, les Noces de Cana, le Calvaire, la Pentecôte, l’Assomption.

De grandes compositions en mosaïques enrichissent les surfaces des voûtes et des murs, et complètent l’histoire transcendante de la Mère de Dieu. Dans les trois coupoles de la nef, c’est la Sainte Vierge et la Sainte-Trinité, œuvre de Gaspard Poucet. Dans la nef de