Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
histoire des églises et chapelles de Lyon

l’Évangile nous verrons la Sainte Vierge et l’Église : Le concile d’Éphèse et la maternité divine (en projet) ; — Le Rosaire, saint Pie V et la Victoire de Lépante ; — Pie IX et l’Immaculée-Conception proclamée. Du côté de l’Épître la Sainte Vierge et la France : saint Pothin apporte à Lugdunum le christianisme et le culte de Marie (en projet) ; — Le rosaire, saint Dominique et l’hérésie albigeoise (en projet) ; — Louis XIII et la France consacrée à Marie. Ces six panneaux sont l’œuvre de M. Lameire.

Mosaïques supérieures.

Après avoir indiqué ces grandes lignes de la décoration symbolique ou historique, il conviendrait d’entrer dans le détail de l’ornementation, sculptée ou peinte, dont tous les motifs sont significatifs et portent avec eux un enseignement.

Dans le sanctuaire de la Crypte, les huit Béatitudes figurées par des anges debout entourent l’autel de saint Joseph, tandis que, foulés aux pieds, les sept péchés capitaux, figurés par des animaux, animent la mosaïque du sol avec cette inscription : Non accedet ad le malum. Dans le sanctuaire de l’église supérieure, ce sont les hérésies vaincues qui décorent le pavement du sanctuaire : Cunctas hœreses sola interemisti in universo mundo.

Les grandes verrières de la nef sont consacrées aux Royautés des litanies : c’est un magnifique ouvrage de M. Décôte.

Les verrières du chœur, dessinées par l’architecte, encadrent 28 figures de Vierges composées par Gaspard Poucet.

Signalons encore les stalles de chêne, enrichi d’incrustations d’ébène et d’ivoire, les beaux bénitiers d’onyx, les bronzes des autels latéraux, la lampe du sanctuaire, la grande table de communion en marbre de Carrare, les clôtures des petites chapelles en