Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bon des jérémiades qui ne changent rien aux fatalités historiques ?

À ce point de vue, si le prolétaire n’est qu’une machine à produire de la plus-value, le capitaliste n’est qu’une machine à capitaliser cette plus-value.

L’économie politique classique prit donc bigrement au sérieux le capitaliste et son rôle. Pour le garantir du conflit désastreux entre le penchant à la jouissance et l’envie de s’enrichir, Malthus, quelques années après le congrès de Vienne, vint doctoralement défendre un système de division du travail où le capitaliste engagé dans la production a pour tâche d’accumuler, tandis que la dépense est du département de ses co-associés dans le partage de la plus-value, les aristocrates fonciers, les hauts dignitaires de l’État et de l’Église, les rentiers fainéants, etc. « Il est de la plus haute importance, dit‑il, de tenir séparées la passion pour la dépense et la passion pour l’accumulation (the passion for expenditure and the passion for accumulation[1]). » Messieurs les capitalistes, déjà plus ou moins transformés en viveurs et hommes du monde, poussèrent naturellement les hauts cris. Eh quoi ! objectait un de leurs interprètes, un Ricardien, M. Malthus prêche en faveur des fortes rentes foncières, des impôts élevés, des grasses sinécures, dans le but de stimuler constamment les industriels au moyen des consommateurs improductifs ! Assurément produire, produire toujours de plus en plus, tel est notre mot d’ordre, notre panacée, mais « la production serait bien plutôt enrayée qu’activée par de semblables procédés. Et puis il n’est pas tout à fait juste (nor is it quite fair) d’entretenir dans l’oisiveté un certain nombre de personnes, tout simplement pour en émoustiller d’autres, dont le caractère donne lieu de croire (who are likely, from their characters) qu’ils fonctionneront avec succès, quand on pourra les contraindre à fonctionner[2]. » Mais, si ce Ricardien trouve injuste que, pour exciter le capitaliste industriel à accumuler, on lui enlève la crème de son lait, par contre il déclare conforme aux règles que l’on réduise le plus possible le salaire de l’ouvrier « pour le maintenir laborieux ». Il ne cherche pas même à dissimuler un instant que tout le secret de la plus-value consiste à s’approprier du travail sans le payer. « De la part des ouvriers demande de travail accrue signifie tout simplement qu’ils consentent à prendre moins de leur propre produit pour eux-mêmes et à en laisser davantage à leurs patrons ; et si l’on dit qu’en diminuant la consommation des ouvriers, cela amène un soi-disant glut (encombrement du marché, surproduction), je n’ai qu’une chose à répondre, c’est que glut est synonyme de gros profits[3]. »

Cette savante dispute sur le moyen de répartir, de la manière la plus favorable à l’accumulation, entre le capitaliste industriel et le riche oisif, le butin pris sur la classe ouvrière, fut interrompue par la Révolution de Juillet. Peu de temps après, le prolétariat urbain sonna à Lyon le tocsin d’alarme, et en Angleterre le prolétariat des campagnes promena le coq rouge. D’un côté du détroit la vogue était au Fouriérisme et au Saint-Simonisme, de l’autre à l’Owenisme. Alors l’économie politique vulgaire saisit l’occasion aux cheveux et proposa une doctrine destinée à sauver la société.

Elle fut révélée au monde par N.-W. Senior, juste un an avant qu’il découvrît, à Manchester, que d’une journée de travail de douze heures c’est la douzième et dernière heure seule qui fait naître le profit, y compris l’intérêt. « Pour moi, déclarait‑il solennellement, pour moi, je substitue au mot capital, en tant qu’il se rapporte à la production, le mot abstinence[4]. » Rien qui vous donne comme cela une idée des « découvertes » de l’économie politique vulgaire ! Elle remplace les catégories économiques par des phrases de Tartuffe, voilà tout.

« Quand le sauvage, nous apprend Senior, fabrique des arcs, il exerce une industrie, mais il ne pratique pas l’abstinence. » Ceci nous explique parfaitement pourquoi et comment, dans un temps moins avancé que le nôtre, tout en se passant de l’abstinence du capitaliste, on ne s’est pas passé d’instruments de travail. « Plus la société marche en avant, plus elle exige d’abstinence[5] », notamment de la part de ceux qui exercent l’industrie de s’approprier les fruits de l’industrie d’autrui.

Les conditions du procès de travail se transforment tout à coup en autant de pratiques d’abstinence du capitaliste, supposé toujours que son ouvrier ne s’abstienne point de travailler pour lui. Si le blé non seulement se mange, mais aussi se sème, abstinence du capitaliste ! Si l’on donne au vin le temps de fermenter, abstinence du capitaliste[6] ! Le capitaliste se dépouille lui-même, quand il « prête (!) ses instruments de production au travailleur » ; en d’autres termes, quand il les fait valoir comme capital en leur incorporant la force ouvrière, au lieu de manger tout crus engrais, chevaux de trait, coton, machines à vapeur, chemins de fer, etc., ou, d’après l’expression naïve des théoriciens de l’abstinence, au lieu d’en dissiper « la valeur » en articles de luxe, etc.[7]

  1. Malthus, l. c., p. 319, 320.
  2. An Inquiry into those Principles respecting the Nature of Demand, etc., p. 67.
  3. L. c., p. 50.
  4. Senior : Principes fondamentaux de l’économie politique, traduct. Arrivabene, Paris, 1836, p. 308. Ceci sembla par trop fort aux partisans de l’ancienne école. « M. Senior substitue aux mots travail et capital les mots travail et abstinence… Abstinence est une négation pure. Ce n’est pas l’abstinence, mais l’usage du capital employé productivement, qui est la source du profit. » (John Cazenove, l. c., p. 130, note) M. J. St. Mill se contente de reproduire à une page la théorie du profit de Ricardo et d’inscrire à l’autre la « rémunération de l’abstinence » de Senior. Les économistes vulgaires ne font jamais cette simple réflexion que toute action humaine peut être envisagée comme une « abstention » de son contraire. Manger, c’est s’abstenir de jeûner ; marcher, s’abstenir de rester en repos ; travailler, s’abstenir de rien faire ; ne rien faire, s’abstenir de travailler, etc. Ces Messieurs feraient bien d’étudier une bonne fois la proposition de Spinoza : Determinatio est negatio.
  5. Senior, l. c., p. 342.
  6. « Personne ne sèmera son blé et ne lui permettra de rester enfoui une année dans le sol, ou ne laissera son vin en barriques des années entières, au lieu de consommer ces choses ou leur équivalent une bonne fois, s’il n’espère acquérir une valeur additionnelle. » (Scrope : Polit. Econ., édit. de A. Potter. New York, 1841, p. 133, 134.)
  7. « La privation que s'impose le capitaliste en prêtant ses