Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
291
chapitre XXV

C’est Londres qui occupe le premier rang sous le rapport des logements encombrés, ou absolument impropres à servir d’habitation humaine. Il y a deux faits certains, dit le docteur Hunter : « Le premier, c’est que Londres renferme vingt grandes colonies fortes d’environ dix mille personnes chacune, dont l’état de misère dépasse tout ce qu’on a vu jusqu’à ce jour en Angleterre, et cet état résulte presque entièrement de l’accommodation pitoyable de leurs demeures. Le second, c’est que le degré d’encombrement et de ruine de ces demeures est bien pire qu’il y a vingt ans[1]. Ce n’est pas trop dire que d’affirmer que dans nombre de quartiers de Londres et de Newcastle la vie est réellement infernale[2]. »

À Londres, la partie même la mieux posée de la classe ouvrière, en y joignant les petits détaillants et d’autres éléments de la petite classe moyenne, subit chaque jour davantage l’influence fatale de ces abjectes conditions de logement, à mesure que marchent les « améliorations », et aussi la démolition des anciens quartiers, à mesure que les fabriques toujours plus nombreuses font affluer des masses d’habitants dans la métropole, et enfin que les loyers des maisons s’élèvent avec la rente foncière dans les villes. « Les loyers ont pris des proportions tellement exorbitantes, que bien peu de travailleurs peuvent payer plus d’une chambre[3]. » Presque pas de propriété bâtie à Londres qui ne soit surchargée d’une foule d’intermédiaires (middlemen). Le prix du sol y est très élevé en comparaison des revenus qu’il rapporte annuellement, chaque acheteur spéculant sur la perspective de revendre tôt ou tard son acquêt à un prix de jury (c’est-à-dire suivant le taux établi par les jurys d’expropriation), ou sur le voisinage d’une grande entreprise qui en hausserait considérablement la valeur. De là un commerce régulier pour l’achat de baux près d’expirer. « Des gentlemen de cette profession il n’y a pas autre chose à attendre ; ils pressurent les locataires le plus qu’ils peuvent et livrent ensuite la maison dans le plus grand délabrement possible aux successeurs[4]. » La location est à la semaine, et ces messieurs ne courent aucun risque. Grâce aux constructions de voies ferrées dans l’intérieur de la ville, « on a vu dernièrement dans la partie est de Londres une foule de familles, brusquement chassées de leurs logis un samedi soir, errer à l’aventure, le dos chargé de tout leur avoir en ce monde, sans pouvoir trouver d’autre refuge que le Workhouse[5]. » Les Workhouses sont déjà remplis outre mesure, et les « embellissements » octroyés par le Parlement n’en sont encore qu’au début.

Les ouvriers chassés par la démolition de leurs anciennes demeures ne quittent point leur paroisse, ou ils s’en établissent le plus près possible, sur la lisière. « Ils cherchent naturellement à se loger dans le voisinage de leur atelier, d’où il résulte que la famille qui avait deux chambres est forcée de se réduire à une seule. Lors même que le loyer en est plus élevé, le logement nouveau est pire que celui, déjà mauvais, d’où on les a expulsés. La moitié des ouvriers du Strand sont déjà obligés de faire une course de deux milles pour se rendre à leur atelier. » Ce Strand, dont la rue principale donne à l’étranger une haute idée de la richesse londonienne, va précisément nous fournir un exemple de l’entassement humain qui règne à Londres. L’employé de la police sanitaire a compté dans une de ses paroisses cinq cent quatre-vingt-un habitants par acre, quoique la moitié du lit de la Tamise fût comprise dans cette estimation. Il va de soi que toute mesure de police qui, comme cela s’est fait jusqu’ici à Londres, chasse les ouvriers d’un quartier en en faisant démolir les maisons inhabitables, ne sert qu’à les entasser plus à l’étroit dans un autre. « Ou bien il faut absolument », dit le docteur Hunter, « que ce mode absurde de procéder ait un terme, ou bien la sympathie publique ( ! ) doit s’éveiller pour ce que l’on peut appeler sans exagération un devoir national. Il s’agit de fournir un abri à des gens qui ne peuvent s’en procurer faute de capital, mais n’en rémunèrent pas moins leurs propriétaires par des payements périodiques[6]. » Admirez la justice capitaliste ! Si le propriétaire foncier, le propriétaire de maisons, l’homme d’affaires, sont expropriés pour causes d’améliorations, telles que chemins de fer, construction de rues nouvelles, etc., ils n’obtiennent pas seulement indemnité pleine et entière. Il faut encore, selon le droit et l’équité, les consoler de leur « abstinence », de leur « renoncement » forcé, en leur octroyant un bon pourboire. Le travailleur, lui, est jeté sur le pavé avec sa femme, ses enfants et son saint-crépin, et, s’il se presse par trop grandes masses vers les quartiers de la ville où la municipalité est à cheval sur les convenances, il est traqué par la police au nom de la salubrité publique !

Au commencement du dix-neuvième siècle il n’y avait, en dehors de Londres, pas une seule ville en Angleterre qui comptât cent mille habitants. Cinq seulement en comptaient plus de cinquante mille. Il en existe aujourd’hui vingt-huit dont la population dépasse ce nombre. « L’augmentation énorme de la population des villes n’a pas été le seul résultat de ce changement, mais les anciennes petites villes compactes sont devenues des centres autour desquels des constructions s’élèvent de tous côtés, ne laissant arriver l’air de nulle part. Les riches, ne les trouvant plus agréables, les quittent pour les faubourgs, où ils se plaisent davantage. Les successeurs de ces riches viennent donc occuper leurs grandes maisons ; une famille s’installe dans chaque chambre, souvent même avec des sous-locataires. C’est ainsi qu’une

  1. L. c., p. 89. Le Dr Hunter dit à propos des enfants que renferment ces colonies : « Nous ne savons pas comment les enfants étaient élevés avant cette époque d’agglomération des pauvres toujours plus considérable : mais ce serait un audacieux prophète que celui qui voudrait nous dire quelle conduite nous avons à attendre d’enfants qui, dans des conditions sans précédent en ce pays, font maintenant leur éducation — qu’ils mettront plus tard en pratique — de classes dangereuses, en passant la moitié des nuits au milieu de gens de tout âge, ivres, obscènes et querelleurs. » (L. c., p. 56.)
  2. L. c., p. 62.
  3. Report of the Officer of Health of St. Martin’s in the Fields. 1865.
  4. Public Health. Eighth Report. Lond., 1866, p. 93.
  5. L. c., p. 83.
  6. L. c., p. 89.