Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dans la première partie de ce travail nous avons essayé de faire connaître les aspirations mystiques du Bouddha ; nous allons maintenant raconter ses actions.

Après cette nuit mémorable, où avait eu lieu la première prédication, le maître et les disciples[1] étaient demeurés dans le bois des gazelles. Le premier converti fut un jeune homme de Bénarès.

Le croira-t-on ? ce n’était pas un Paria ni même un Soudra[2] ; c’était un heureux de la terre, un élégant, un oisif, qui dépensait follement de grands revenus, entretenant les courtisanes à la mode et remplissant son palais d’habiles danseuses. Le bain, les parfums, la toilette, l’amour, la chasse, se partageaient son temps et ses prédilections. Il avait usé de toutes les jouissances possibles. Une nuit, je ne sais quelle voix intérieure lui représente la vanité de toutes choses, et il va trouver le Bouddha, qui lui prêche la loi. Aussi ardent pour les austérités qu’il le fut pour les plaisirs, Yasa s’empresse de dépouiller la livrée du monde ; il arrache ses riches

  1. Voici les noms des cinq premiers disciples : Adjnâna-Kaundinya, Asvadjit, Vâchpa, Mahânâma, Bhadrika.
  2. Nom donné à la classe des ouvriers et domestiques.