Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de tout ce qu’il faut éviter pour arriver à la délivrance, 119.
Deux traductions anglaises de ce livre, faites sur les textes pâli et chinois, se trouvent dans le Journal of the Roy. Asiat. Soc. of Great Britain and Ireland, vol. XIX, 1862.

Prières (cylindres à), 83, note.

Ces cylindres se trouvent surtout au Tibet, en Mongolie et chez les Kalmouks. Il y en a de petits, qu’on porte à la main et qu’on peut faire tourner en se promenant. D’autres, grands comme des tonnes, font partie du mobilier des temples ; d’autres enfin sont, comme des moulins, établis près de cours d’eau qui les mettent en mouvement.

Ces cylindres sont généralement couverts de la formule ôm mani padmê houm (salut à la perle dans le Lotus), peinte ou gravée sur leur contour.


Quatre degrés de l’extase, 75.

Quatre degrés de sainteté (les), 90.

Quatre gardiens du monde ; placés aux quatre points cardinaux, 78.

Quatre vérités sublimes (les), 87, 163.

Quatre postures surnaturelles, 143.

Quatre-vingts signes secondaires du Bouddha, 24.

1. Il a les ongles bombés.

2. Les ongles de la couleur du cuivre rouge.

3. Les ongles lisses.

4. Les doigts arrondis.

5. Les doigts beaux.

6. Les doigts effilés.

7. Les veines cachées.

8. La cheville cachée.

9. Les articulations solides, non apparentes.

10. Les pieds égaux et non inégaux.