Page:Mary Summer - Histoire du Bouddha Sakya-Mouni, 1874.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


breuses existences. Tandis qu’il repassait ainsi ses souvenirs, les douze causes connexes, ou conditions qui produisent la transmigration, se déroulèrent devant lui : la naissance, l’existence, la conception, le désir, la tentation, le contact, les six sens ou siéges des qualités sensibles, le nom, la forme, la conscience, les concepts et l’ignorance. Son esprit souple et lumineux saisit, dans ces conditions, tour à tour causes et effets, l’explication de la destinée humaine.

La cause de la naissance c’est l’être, ou l’existence produite par la conception. D’où vient la conception, si ce n’est du désir, et d’où naît le désir si ce n’est de la sensation ? Qui produit la sensation, sinon le contact, effet des six sens : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût, le toucher, auxquels il faut ajouter le cœur, siége commun de tous les sentiments. Des six siéges dérivent le nom et la forme, qui ne sont eux-mêmes que des effets, ayant pour cause la connaissance ou conscience qui distingue les objets, et attribue à chacun ses qualités spéciales. Les concepts forment les idées, les illusions que se forge l’imagination, et qui lui servent à se créer un monde imaginaire. Enfin, dernière cause, l’ignorance, qui consiste à s’attacher à tout ce