Page:Mary Wollstonecraft - Défense des droits des femmes (1792).djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(6)

ils pas souffert pour payer le chapeau rouge à un obscur et intriguant avanturier, qui vouloit être rangé parmi les princes, ou même aspiroit à leur commander en couvrant son front audacieux de la triple couronne !

Telle a été en effet la misère d’un grand nombre d’individus, causée par les honneurs héréditaires, les richesses et le despotisme, que des hommes d’une sensibilité profonde, n’osant pas accuser la providence, mais ne pouvant se résoudre à la justifier, se sont presque permis contre elle de demis blasphêmes. L’homme s’est regardé comme indépendant du pouvoir créateur auquel il doit son existence, ou comme une comète excentrique, sortant de son orbite pour dérober le feu céleste de la raison ; et la vengeance du ciel, cachée dans cette flame subtile, n’a que trop puni sa témérité, en introduisant le mal dans l’univers.

Profondément frappé de ce spectacle de malheurs et de désordres qui avoient envahi la société, et fatigué d’une lutte pénible contre des fous entêtés, Rousseau devint passionné pour la solitude, et ses