Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
MES SOUVENIRS
105

m’apercevant, il eut un sourire de joie, me tendit ses bras, dans lesquels je me jetai, et me dit d’un air résigné et délicieux à la fois : « Acceptez-la, c’est le premier échelon ! »

— Que faut-il accepter ? lui dis-je.

— Vous l’ignorez donc ? Depuis hier, vous avez la croix.

Émile Réty, le précieux secrétaire général du Conservatoire, enleva, alors, de sa boutonnière, le ruban qui s’y trouvait et le passa, non sans beaucoup de difficultés, dans ma boutonnière. Il fallut l’ouvrir avec un grattoir qui se trouvait sur la table du jury, près de l’écritoire du président !

Ce mot : « le premier échelon », n’était-il pas d’une délicatesse exquise et d’un encouragement profond ?

Maintenant, je n’avais qu’une hâte : celle de voir mon éditeur.

Il est un sentiment intime que je dois vous avouer et qui rentre dans mes goûts s’il cadre aussi avec mon caractère. J’avais un physique assez jeune encore et je me sentais tout gêné de ce ruban qui me semblait flamboyer et attirer tous les regards ! N’est-ce pas, mes chers enfants, que vous me pardonnez cette naïve confession, pas tant ridicule cependant, puisque je la fais sincèrement ?

Le visage encore humide de toutes les embrassades prodiguées, je songeais à retourner chez moi, à la campagne, lorsque je fus arrêté, au coin de la rue de la Paix, par le directeur de l’Opéra, alors M. Halanzier. J’en eus d’autant plus de surprise, que je me croyais en médiocre estime dans la grande