Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
134
MES SOUVENIRS

diade qui allaient commencer au Théâtre-Royal de la Monnaie, et voulant m’éviter les attentes dans les gares, m’avait donné un permis de circulation.

On avait tellement l’habitude de me voir passer aux frontières de Feignies et de Quévy, que j’étais devenu un véritable ami des douaniers, surtout de ceux de la frontière belge. Il me souvient que, pour les remercier de leurs obligeantes attentions, je leur envoyai même des places pour le théâtre de la Monnaie !

Au mois d’octobre de cette année 1881 eut lieu une véritable cérémonie au Théâtre-Royal. C’était, en effet, le premier ouvrage français qui allait être créé sur cette superbe scène de la capitale de Belgique.

Au jour fixé, mes deux excellents directeurs, MM. Stoumon et Calabrési, m’accompagnèrent jusqu’au grand foyer du public. C’était une vaste salle aux lambris dorés, prenant jour par le péristyle à colonnades du théâtre sur la place de la Monnaie. De l’autre côté de cette place (souvenir du vieux Bruxelles) se trouvaient l’hôtel des Monnaies et, dans un angle, le local de la Bourse. Ces établissements ont disparu depuis pour être remplacés par le magnifique hôtel des Postes. Quant à la Bourse, elle a été transportée dans le palais grandiose qui a été construit, non loin de là.

Au milieu du foyer, où je fus introduit, se trouvait un piano à queue, autour duquel étaient rangés, en hémicycle, une vingtaine de fauteuils et de chaises. En plus des directeurs, se trouvaient là mon éditeur et mon collaborateur, ainsi que les artistes choisis par nous pour créer l’ouvrage. En tête de ces artistes