Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
PRÉFACE

ce spectacle de beauté dramatique. Devant des pages ardentes comme : Ô bien aimé, avez-vous entendu sa parole, l’on comprend que cet ouvrage fonda, il y a quarante ans, la notoriété de son auteur, notoriété qui se mua en renommée mondiale lorsqu’apparurent ses œuvres de théâtre dont chacune l’approcha davantage de la gloire. Passer en revue ces pièces, c’est citer en quelque sorte le répertoire du théâtre contemporain, car Massenet fut avant tout et par-dessus tout l’homme de théâtre. Écrire de la musique scénique, c’est, au moyen de sonorités, établir l’ambiance, l’atmosphère dans laquelle se meut une action, tracer le caractère des héros, brosser les larges fresques qui situent l’intrigue historiquement et psychologiquement. Ces qualités, l’auteur de Manon les réunit à un point auquel nul musicien n’a jamais atteint. Mais encore convient-il de distinguer nettement, chez Massenet, le compositeur d’opéras et le compositeur d’opéras-comiques. Celui qui conçut Le Mage, Le Roi de Lahore, Hérodiade, Le Cid, Ariane, Bacchus,