Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
PRÉFACE
9

Roma, exprime surtout sa personnalité dans Manon, Werther, Esclarmonde, Grisélidis, le Jongleur de Notre-Dame, Thérèse…, etc. Chantre de l’amour, il en a fixé — avec quel relief ! — le contour sentimental. Sa phrase originale, caressante et souple, captive par son eurythmie langoureuse, elle ondule comme une vague et, comme une vague aussi, renaît et se meurt en légère écume : elle se particularise sans qu’on puisse la confondre avec aucune autre. Une parfaite et sobre technique la place en valeur et la sobriété du style n’exclut pas la joliesse minutieuse et la puissance de l’expression. L’originalité de Massenet, du reste, a marqué son empreinte sur les musiciens français et étrangers.

Quand la patine grise du temps aura recouvert le trophée immense que le grand disparu a élevé ; quand cette cendre charmante que versent les ans, aura effacé les imprécisions, quand le départ aura été fait entre ce qui fut un ouvrage hâtivement réalisé et une œuvre durable et lumineuse comme une Manon et un Werther, Massenet prendra