Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
MES SOUVENIRS

très poétique de Manon morte depuis longtemps.

Entre temps j’étais retourné à Bayreuth. J’étais allé y applaudir les Maîtres Chanteurs de Nuremberg.

Depuis bien des années Richard Wagner n’était plus là, mais son âme titanique présidait à toutes ses représentations. Je me souvenais, tout en me promenant dans les jardins qui entourent le théâtre de Bayreuth, que je l’avais connu en 1861. J’avais habité pendant dix jours une petite chambre voisine de la sienne, dans le château de Plessis-Trévise, appartenant au célèbre ténor Gustave Roger. Roger connaissait l’allemand et il s’était proposé pour faire la traduction française du Tannhœuser. Richard Wagner était donc venu s’installer chez lui pour mettre les paroles françaises bien d’accord avec la musique.

Je me souviens encore de son interprétation énergique quand il jouait au piano les fragments de ce chef-d’œuvre, si maladroitement méconnu alors et depuis tant admiré du monde entier.