Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MES SOUVENIRS
215

était resté vide. Nous étions chez des amis, à une fenêtre donnant sur le parc Monceau. À peine le cortège fut-il passé que, pris soudainement d’inquiétude à l’idée que le moment était particulièrement propice au cambriolage des appartements déserts, nous rentrâmes à la hâte.

Sur le seuil de notre demeure, des chuchotements nous arrivant de l’intérieur, nous mirent dans un vif émoi. Nous savions nos serviteurs dehors. C’était ça ! on nous cambriolait !…

Nous entrâmes, sous le coup de cette appréhension et... nous aperçûmes, dans le salon, Emma Calvé et Henri Cain qui nous attendaient et, entre temps, conversaient ensemble. Ahurissement !… Tableau !… Nous nous mîmes tous à rire, et du meilleur cœur, de cette bien curieuse aventure. Nos serviteurs, qui étaient entrés avant nous, avaient naturellement ouvert la porte à ces aimables visiteurs qui nous avaient un instant, si profondément terrifiés ! Ô puissance de l’imagination, voilà bien de tes fantaisistes créations !

· · · · · · · · · · · · · · · · · ·

La maquette des décors et les costumes de Cendrillon avaient déjà été préparés par Carvalho, lorsque, apprenant qu’Emma Calvé était à Paris, il donna le tour à Sapho.

Avec l’admirable protagoniste de la Navarraise, à Londres et à Paris, nous avions pour interprètes la charmante artiste Mlle Julia Guiraudon (qui devait devenir par la suite la femme de mon collaborateur Henri Cain) et M. Leprestre, mort depuis.

J’ai dit la joie extrême que j’avais ressentie en écri-