Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
MES SOUVENIRS

lait aussitôt cet opéra : La Muette de Portici, qui eut une fortune particulière et qui fut le succès le plus retentissant avant l’apparition de Robert le Diable à l’Opéra. Parler de la Muette de Portici, c’est forcément se souvenir de l’effet magique que produisit le duo du deuxième acte : « Amour sacré de la patrie… » au Théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, sur les patriotes qui assistaient à la représentation. Il donna, en toute réalité, le signal de la révolution qui éclata en Belgique, en 1830, et qui devait amener l’indépendance de nos voisins du Nord. Toute la salle, en délire, chanta avec les artistes cette phrase héroïque, que l’on répéta encore et encore, sans se lasser.

Quel est le maître qui peut se vanter de compter dans sa carrière un tel succès ?…

À l’appel de mon nom, je me présentai tout tremblant, sur l’estrade. Je n’avais que neuf ans et je devais exécuter le final de la sonate de Beethoven, op. 29. Quelle ambition !!!…

Ainsi qu’il est dans l’habitude, je fus arrêté après avoir joué deux ou trois pages, et, tout interloqué, j’entendis la voix de M. Auber qui m’appelait devant le jury.

Il y avait, pour descendre de l’estrade, quatre ou cinq marches. Comme pris d’étourdissement, je n’y avais d’abord pas fait attention et j’allais chavirer quand M. Auber, obligeamment, me dit : « Prenez garde, mon petit, vous allez tomber » — puis, aussitôt, il me demanda où j’avais accompli de si excellentes études. Après lui avoir répondu, non sans quelque orgueil, que mon seul professeur avait été ma mère, je sortis tout effaré, presque en courant et tout heureux… IL m’avait parlé !…