Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FUNÉRAILLES DE M. E. FRÉMIET

MEMBRE DE L’INSTITUT
Le jeudi 15 septembre 1940.



Discours de Massenet, président de l’Institut.


Messieurs et chers Confrères,

Un deuil immense vient de frapper l’Institut !… Il a perdu l’un de ses membres les plus illustres ! C’est, de nouveau, l’Académie des Beaux-Arts où la mort impitoyable a cherché sa victime !

Frémiet, notre grand Frémiet n’est plus !… Notre désolation en est profonde, elle nous laisse inconsolables !…

Enfant de Paris, de ce Paris qu’il aimait tant et dont il fut l’orgueil, la renommée d’Emmanuel Frémiet eut tôt fait de franchir les limites de sa patrie, pour rayonner de son pur éclat dans le monde entier.

Ses œuvres, considérables par leur nombre et leur diversité, lui survivront, portant l’empreinte de son