Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
MES SOUVENIRS
39

sans les enflures apothéotiques, si je puis dire, d’aujourd’hui, dont on vous comble si facilement !

Cependant, je rompis avec l’usage et je partis seul, ayant donné rendez-vous à mes camarades, sur la route de Gênes, où je devais les retrouver en voiturin, énorme voiture de voyage traînée par cinq chevaux. J’en avais pour motifs, d’abord mon désir de m’arrêter à Nice, où mon père était enterré, puis d’aller embrasser ma mère, qui habitait alors Bordighera. Elle y occupait une modeste villa qui avait le grand agrément de se trouver en pleine forêt de palmiers dominant la mer. Je passai avec ma chère maman le premier jour de l’an, qui coïncidait avec l’anniversaire de la mort de mon père, des heures pleines d’effusion, pleines d’attendrissement. Il me fallut, toutefois, me séparer d’elle, car mes joyeux camarades m’attendaient en voiture, sur la route de la Corniche italienne, et mes larmes se séchèrent dans les rires. Ô jeunesse !…

Notre voiture s’arrêta d’abord à Loano, vers huit heures du soir.

J’ai avoué que j’étais gai quand même ; c’est vrai, et pourtant j’étais en proie à d’indéfinissables réflexions, me sentant presque un homme, seul désormais dans la vie. Je me laissai aller au cours de ces pensées, trop raisonnables peut-être pour mon âge, tandis que les mimosas, les citronniers, les myrtes en fleurs de l’Italie me révélaient leurs troublantes senteurs. Quel contraste adorable pour moi, qui n’avais connu jusqu’alors que l’acre odeur des faubourgs de Paris, l’herbe piétinée de ses fortifications et le parfum — je dis parfum — des coulisses aimées !