Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
40
MES SOUVENIRS

Nous passâmes deux jours à Gênes, y visitant le Campo-Santo, cimetière de la ville, si riche en monuments des marbres les plus estimés, et réputé comme le plus beau de l’Italie. Qui nierait après cela que l’amour-propre survit après la mort ?

Je me retrouvai ensuite, un matin, sur la place du Dôme, à Milan, cheminant avec mon camarade Chaplain, le célèbre graveur en médailles, plus tard mon confrère à l’Institut. Nous échangeâmes nos enthousiasmes devant la merveilleuse cathédrale en marbre blanc élevée à la Vierge par le terrible condottiere Jean-Galéas Visconti, en pénitence de sa vie. « À cette époque de foi, la terre se couvrit de robes blanches », comme l’a dit Bossuet, dont la grave et éloquente parole revient à ma pensée.

Nous fûmes très empoignés devant la Cène, de Léonard de Vinci. Elle se trouvait dans une grande salle ayant servi d’écurie aux soldats autrichiens, pour lesquels on avait percé une porte, ô horreur ! abomination des abominations ! dans le panneau central de la peinture même.

Ce chef-d’œuvre s’efface peu à peu. Avec le temps, bientôt, il aura complètement disparu, mais non comme la Joconde, plus facile à emporter, sous le bras, qu’un mur de dix mètres de haut sur lequel est peinte cette fresque.

Nous traversâmes Vérone et y accomplîmes le pèlerinage obligatoire au tombeau de la Juliette aimée par Roméo. Cette promenade ne donnait-elle pas satisfaction aux secrets sentiments de tout jeune homme, amoureux de l’amour ? Puis Vicenze, Padoue, où, en contemplant les peintures de Giotto,