Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
MES SOUVENIRS

toute volée, n’ont jamais compromis la résistance de sa curieuse construction.

Me voici parvenu à l’un des instants les plus intéressants de mon voyage, celui écoulé depuis Pise, blotti sous la bâche d’une diligence, et suivant ainsi la côte de cette mer d’azur qu’est la Méditerranée, par la Spezzia jusqu’à Gênes. Quel voyage fantastique que celui que je fis par cette ancienne voie romaine tracée sur la crête des rochers qui dominent la mer ! Je la longeai comme porté dans la nacelle d’un capricieux ballon.

La route côtoie sans cesse le bord de la mer, s’enfonçant tantôt dans des bois d’oliviers, tantôt, au contraire, s’élevant sur la cime des monts, d’où, alors, elle commande un horizon immense.

Partout pittoresque, d’une variété d’aspects étonnante, ce chemin parcouru, comme je l’ai fait, par un clair de lune magnifique, est tout ce que l’on peut rêver de plus idéalement beau dans son originalité, avec ces villages dont parfois l’on voyait une fenêtre éclairée dans le lointain, et cette mer dans laquelle le regard plongeait à d’incalculables profondeurs.

Il me sembla, pendant ce trajet, que je n’avais jamais accumulé en moi-même un tel ensemble d’idées et de projets, toujours obsédé par cette pensée que, dans quelques heures, je serais de retour à Paris et que ma vie allait y commencer.

De Gênes à Paris, la route se fit en chemin de fer. On dort si bien quand on est jeune ! Ce fut un frisson qui me réveilla. Il gelait. Le froid intense de la nuit avait couvert d’arabesques les carreaux de mon wagon.