Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
68
MES SOUVENIRS

Mon maître, Ambroise Thomas, m’avait présenté chez quelques riches amis qui donnaient des soirées musicales fort connues. Ce fut là que j’aperçus pour la première fois Léo Delibes, auquel son ballet, la Source, à l’Opéra, avait déjà valu une grosse notoriété. Je le vis diriger un chœur délicieux chanté par des dames du monde, et je me dis tout bas : « Moi aussi, j’écrirai un chœur ! Et il sera chanté ! » Il le fut en effet, mais par quatre cents voix d’hommes. J’avais eu le premier prix au concours de la Ville de Paris.

De cette époque date la connaissance que je fis du poète Armand Silvestre. Le hasard voulut qu’il fût un jour mon voisin sur l’impériale d’un omnibus, et, de propos en propos, nous descendîmes les meilleurs amis du monde. Voyant qu’il avait affaire, avec moi, à un bon public, et c’était le cas, il me raconta de ces histoires les plus drôlatiquement inconvenantes, dans lesquelles il excellait. Mais, pour moi, le poète dépassait encore le conteur, et un mois après, j’avais écrit le Poème d’Avril, tiré des exquises poésies de son premier volume.

Puisque je parle du Poème d’Avril, je me souviens de la belle impression qu’en avait ressentie Reyer. Il m’encouragea à le proposer à un éditeur. J’allai, muni d’une lettre de lui, beaucoup trop flatteuse, chez l’éditeur Choudens, auquel il me recommandait. Après quatre démarches inutiles, reçu enfin chez le riche éditeur de Faust, je n’eus même pas à montrer mon petit manuscrit ; je fus tout éconduit de suite. Un même accueil me fut fait chez l’éditeur Flaxland, place de la Madeleine, et aussi chez Brandus, le propriétaire des œuvres de Meyerbeer.