Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
MES SOUVENIRS
87

tôt pour la scène ! — je reçus une lettre de du Locle, alors directeur de l’Opéra-Comique, m’annonçant qu’il fallait passer en novembre avec cet ouvrage : Don César de Bazan.

Voici quelle en était la distribution : Mlle Priola, Mme Galli-Marié, la déjà célèbre Mignon qui devait être l’inoubliable Carmen ; un jeune débutant à la voix savante, au physique charmant, M. Bouhy,

L’ouvrage fut monté à la hâte, dans de vieux décors qui déplurent à ce point à d’Ennery, qu’il ne reparut plus au théâtre.

Mme Galli eut les honneurs de la soirée, dans plusieurs bis, ainsi que l’Entr’acte-Sevillana. L’ouvrage, cependant, ne réussit point, car il quitta l’affiche à la treizième représentation. Mon confrère, Joncières, l’auteur de Dimitri, plaida vainement ma cause à la Société des auteurs dont Auguste Maquet était le président, en prétendant qu’on n’avait pas le droit de retirer de l’affiche un ouvrage qui faisait encore une si belle moyenne de recettes ! Chères paroles perdues ! Don César ne devait plus être joué.

Je rappelle ici que plus tard, à la demande de plusieurs théâtres de province, il me fallut réinstrumenter entièrement l’ouvrage, afin qu’il fût représenté selon les désirs exprimés. La partition manuscrite (non gravée, sauf l’entr’acte) avait été brûlée lors de l’incendie de mai 1887, comme l’avait été mon premier ouvrage.

Une force invincible et secrète conduisait ma vie.

J’avais été invité à dîner chez la sublime tragédienne lyrique, Mme Pauline Viardot ; on me pria, dans la soirée, de faire un peu de musique.