Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle entendait, au loin, l’appel de son désir.
Se sentant impuissante à soutenir la lutte,
Malgré l’obscurité redoutable, elle alla
Partager avec lui la paille de sa hutte !

Lors, suivant son caprice impur, il appela
Des filles chaque soir. Toutes, jeunes et belles,
Sans révolte pourtant, et sans pudeurs rebelles,
Prêtaient des seins de vierge aux choses qu’il voulait
Et paraissaient l’aimer bien qu’il fût vieux et laid.

Il était si velu du front et de la lèvre,
Avec des sourcils blancs et longs comme des crins,
Que, semblable au sayon qui lui couvrait les reins,
Sa figure semblait pleine de poils de chèvre !
Et son pied bot mettait sur la cime du mont,
Quand le soleil couchant jetait son ombre aux plaines,
Comme un sautillement sinistre de démon.

Ce vieux Satan rustique et plein d’ardeurs obscènes,
Près d’un coteau désert et sans verdure encor
Mais que les fleurs d’ajoncs couvraient d’un manteau d’or,
Par un brillant matin d’avril, rencontra celle
Que le pays entier adorait. – Il reçut
Comme un coup de soleil alors qu’il l’aperçut,
Et frémit de désir tant il la trouva belle.
Et leurs regards croisés s’attaquèrent. – Ce fut
La rencontre de Dieux ennemis sur la terre !
Il eut l’étonnement d’un chasseur à l’affût
Qui cherche une gazelle et trouve une panthère !
Elle passa. – La fleur de ses lourds cheveux blonds
Se confondit, au pied de la côte embaumée,