Page:Maupassant Bel-ami.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bourgeois accablés par la chaleur, et des bonnes nonchalantes qui semblaient rêver pendant que les enfants se roulaient dans le sable des chemins.

Il trouva Mme Walter dans la petite ruine antique où coule une source. Elle faisait le tour du cirque étroit de colonnettes, d’un air inquiet et malheureux.

Aussitôt qu’il l’eut saluée :

— Comme il y a du monde dans ce jardin ! dit-elle.

Il saisit l’occasion : — Oui, c’est vrai ; voulez-vous venir autre part ?

— Mais où ?

— N’importe où, dans une voiture, par exemple. Vous baisserez le store de votre côté, et vous serez bien à l’abri.

— Oui, j’aime mieux ça ; ici je meurs de peur.

— Eh bien, vous allez me retrouver dans cinq minutes à la porte qui donne sur le boulevard extérieur. J’y arriverai avec un fiacre.

Et il partit en courant. Dès qu’elle l’eut rejoint et qu’elle eut bien voilé la vitre de son côté, elle demanda : — Où avez-vous dit au cocher de nous conduire ?

Georges répondit : — Ne vous occupez de rien, il est au courant.

Il avait donné à l’homme l’adresse de son appartement de la rue de Constantinople.