Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE BARON.

Messieurs, je vous en prie…


URBAIN.

N’est-ce pas, baron… que c’est avec moi…


PROSPER.

Non avec moi…


URBAIN.

A-t-on jamais vu… diplomate d’occasion !


PROSPER.

Général de paco, paco, paco… je ne pourrai jamais dire pacotille.


LE BARON.

Messieurs, messieurs…


URBAIN.

Ah ! voilà madame l’amirale !

Pauline a paru à la porte du fond. Toilette étourdissante. Urbain et Prosper remontent et redescendent avec elle.


Scène VI

Les Mêmes, PAULINE.



LE BARON.

Ah ! madame l’amirale.


URBAIN, le présentant.

M. de Gondremarck !


LE BARON.

J’ai reçu votre charmante invitation, madame, et je me suis hâté !


PAULINE, très-digne.

Je suis heureuse, monsieur, que vous ayez bien voulu choisir ma maison pour y faire vos débuts dans la haute société parisienne.


LE BARON.

Madame… (A part.) A la bonne heure, je me retrouve ! Me voilà dans mon milieu… parce que tout à l’heure le général de paco-