Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ENSEMBLE.
–––––––Il est gris, tout à fait gris.

URBAIN.
–––––––––––Il est gris.

LE BARON.
–––––––––––Moi pas gris.

BOBINET.
–––––––––––Il est gris.

LE BARON.
––––––––––Ils sont tous gris.
ENSEMBLE.

LE BARON.
–––––––––––Moi pas gris,
––––––––––Mais vous tous gris.

TOUS LES AUTRES.
–––––––––––Il est gris,
––––––––––Tout à fait gris.

GABRIELLE.
––––––Quand on boit, il est une chose
––––––Qui me surprend fort, mes amis,
––––––Et c’est que pour tout voir en rose,
––––––Il faille soi-même être gris.
REPRISE DE L’ENSEMBLE.
–––––––––––Il est gris.
–––––––––––Etc., etc.

Puis ensuite, sur un mouvement de polka, reprise de l’ensemble : Tout tourne, tout danse. Ils sont tous complètement gris.

CHŒUR FINAL
–––––––––––Feu partout !
–––––––––––Lâchez tout !
–––––––––––Qu’on s’élance,
–––––––––––Que l’on danse !
–––––––––––Feu partout !
–––––––––––Lâchez tout !
–––––––––––Feu partout !

Danse très-animée. — Tableau.