Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE QUATRIÈME

Décor du deuxième acte. — Bougies allumées. — Minuit.



Scène PREMIÈRE

GARDEFEU, ALPHONSE.


On entend crier : Porte, s’il vous plaît !


GARDEFEU.

C’est la baronne, elle revient des Italiens… Alphonse, Alphonse, descends, tu ouvriras la porte, et après cela…


ALPHONSE.

Après cela ?


GARDEFEU.

Tu iras à la porte Saint-Martin, tu y trouveras la femme de chambre, tu lui diras : Votre maîtresse vous attend à Versailles… et tu l’y conduiras ; vous prendrez le train de minuit et demi.


ALPHONSE.

Et une fois à Versailles ?


GARDEFEU.

Tu installeras la femme de chambre à l’hôtel des Réservoirs, et tu t’installeras, toi, dans l’hôtel qui te plaira le mieux. (Il lui donne de l’argent.) Va vite…