Page:Michel - Essai sur la décoration extérieure des livres, 1878.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des artistes vont faire courir de gracieuses branches de feuillage, arranger des fleurs, des tortillons, qui viennent former par leur mélange l'ensemble le plus heureux et le plus coquet.

Ces Reliures sont connues aujourd'hui sous le nom de Reliures à la Fanfare. Elles doivent ce nom à un volume appartenant à Charles Nodier, intitulé Fanfare, sur lequel Thouvenin avait reproduit un dessin de ce genre. Elles sont en effet la dernière note, et une des plus brillantes, de cette éclatante fanfare qu'avait sonnée la Renaissance, et la dernière expression décorative sur laquelle se ferme pour la Reliure le merveilleux seizième siècle.


Détails des Fanfares.
Détails des Fanfares.


On trouve aussi sur des livres contemporains de ceux que nous venons de décrire, de jolies Reliures d'une disposition générale différente : au milieu et aux angles, des branches de feuillage prenant naissance dans de jolis cuirs ou cartouches, et le fond entièrement recouvert d'un semé ou semis de fleurs de lis.

La décoration à l'aide de semis de fleurs de lis fut très-employée sous le règne de Henri IV, mais n'appartient en propre à aucune époque. On en connaît des exemples beaucoup plus anciens, et il en fut fait depuis en grand nombre. Toutes les fleurs de lis y ont été successivement employées : celle de Louis XI, la belle fleur de lis vide des Valois, celles de Henri IV et de Louis XIII, si él