Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 4.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


juin, et voyons le procès-verbal d’un des premiers actes de cette triste guerre d’assassinats. Cent autres, tout semblables, furent dressés sans nul doute. Celui-ci l’est par deux commissaires de la Loire-Inférieure, envoyés, le 6 juin, de Nantes dans le district de Savenay. Les prêtres réfractaires paraissent avoir eu le projet d’y créer un centre d’insurrection dans la basse Loire, position en effet centrale entre les deux guerres imminentes de Bretagne et de Vendée. Ils avaient déjà réussi à armer une paroisse, ils l’entraînèrent, se portèrent dans sept autres, qu’ils croyaient enlever aussi. Ils y trouvèrent de la résistance, brûlèrent plusieurs maisons, tuèrent des hommes, entre autres deux dragons. Ces dragons rouges de Bretagne étaient des volontaires patriotes, qui montraient un zèle admirable et beaucoup d’intrépidité.


« À trois heures du matin, nous avons fait descente, avec la force armée, dans les Îles des Brières ; les maisons étaient vides, les habitants se précipitaient à travers les bourbiers. Une femme cependant, d’une cinquantaine d’années, s’est offerte à nos regards près de l’église ; elle avait un crucifix sur la poitrine et un chapelet à la main. Nous l’avons interrogée sur la cause des meurtres commis dans la nuit du dimanche 3 juin. Elle nous a dit « qu’elle n’en avait aucune connaissance, qu’elle était disposée à sacrifier sa vie pour la cause de Dieu. »

« Nous avons continué vers le village où deux