Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
197
LA PREMIÈRE FEMME DE DANTON

au bois, à Fontenay près Vincennes, où le beau-père avait une petite maison.

Danton, avec une nature riche en éléments de vices, n’avait guère de vices coûteux. Il n’était ni joueur ni buveur. Il aimait les femmes, il est vrai, néanmoins surtout la sienne. Les femmes, c’était l’endroit sensible par où les partis l’attaquaient, cherchaient à acquérir quelque prise sur lui. Ainsi le parti d’Orléans essaya de l’ensorceler par la maîtresse du prince, la belle Mme de Buffon. Danton, par imagination, par l’exigence de son tempérament orageux, était fort mobile. Cependant son besoin d’amour réel et d’attachement le ramenait invariablement chaque soir au lit conjugal, à la bonne et chère femme de sa jeunesse, au foyer obscur de l’ancien Danton.

Le malheur de la pauvre femme fut d’être transportée brusquement, en 92, au ministère de la Justice, au terrible moment de l’invasion et des massacres de Paris. Elle tomba malade, au grand chagrin de son mari. Nous ne doutons nullement que ce fut en grande partie à cause d’elle que Danton fit, en novembre ou décembre, une dernière démarche, pénible, humiliante, pour se rapprocher de la Gironde, enrayer, s’il était possible, sur la pente de l’abîme qui allait tout dévorer.

L’écrasante rapidité d’une telle révolution qui lui jetait sur le cœur événement sur événement, avait brisé Mme Danton. La réputation terrible de son mari, sa forfanterie épouvantable d’avoir fait Septembre, l’avait tuée. Elle était entrée tremblante dans ce fatal hôtel du ministère de la Justice, et elle en sortit