Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
213
CULTE DES FEMMES POUR ROBESPIERRE

la Gironde, il déclara aux Jacobins que, si les intrigants disparaissaient, lui-même quitterait la vie publique, fuirait la tribune, ne désirant rien que « de passer ses jours dans les délices d’une sainte et douce intimité ». De nombreuses voix de femmes partirent des tribunes : « Nous vous suivrons nous vous suivrons ! »

Dans cet engouement il y avait, en écartant les ridicules de la personne et du temps, une chose fort respectable. Elles suivaient de cœur celui dont les mœurs étaient les plus dignes, la probité la mieux constatée, l’idéalité la plus haute, celui qui, avec autant d’habileté que de courage, se constituant à cette époque le défenseur des idées religieuses, osa, en décembre 92, remercier la Providence du salut de la Patrie.