Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
216
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

dans la roideur de son maintien, sa tenue sèche, mais soignée, un certain air d’aristocratie parlementaire. Sa parole était toujours noble, dans la familiarité même, ses prédilections littéraires pour les écrivains nobles ou tendus, pour Racine ou pour Rousseau.

Il n’était point membre de la Législative, Il avait refusé la place d’accusateur public, parce que, disait-il, s’étant violemment prononcé contre ceux qu’on poursuivait, ils l’auraient pu récuser comme ennemi personnel. On supposait aussi qu’il aurait eu trop de peine à surmonter ses répugnances pour la peine de mort. À Arras, elles l’avaient décidé à quitter sa place de juge d’Église. À l’Assemblée constituante, il s’était déclaré contre la peine de mort, contre la loi martiale et toute mesure violente de salut public, qui répugnait trop à son cœur.

Dans cette année de septembre 91 à septembre 92, Robespierre, hors des fonctions publiques, sans mission ni occupation que celle de journaliste et de membre des Jacobins, était moins sur le théâtre. Les Girondins y étaient ; ils y brillaient par leur accord parfait avec le sentiment national sur la question de la guerre. Robespierre et les Jacobins prirent la thèse de la paix, thèse essentiellement impopulaire qui leur fit grand tort. Nul doute qu’à cette époque la popularité du grand démocrate n’eût un besoin essentiel de se fortifier et de se rajeunir. Il avait parlé longtemps, infatigablement, trois années, occupé, fatigué l’attention ; il avait eu, à la fin, son triomphe et sa couronne. Il était à craindre que le public, ce roi, fantasque comme un roi, facile à