Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXVII

CATHERINE THÉOT, MÈRE DE DIEU.
ROBESPIERRE MESSIE (JUIN 94)


Le temps était au fanatisme. L’excès des émotions avait brisé, humilié, découragé la raison. Sans parler de la Vendée, où l’on ne voyait que miracles, un Dieu avait apparu en Artois. Les morts y ressuscitaient en 94. Dans le Lyonnais, une prophétesse avait eu de grands succès ; cent mille âmes y prirent, dit-on, le bâton de voyage, s’en allant sans savoir où. En Allemagne, les sectes innombrables des illuminés s’étendaient non seulement dans le peuple, mais dans les plus hautes classes le roi de Prusse, en était. Mais nul homme de l’Europe n’excitait si vivement l’intérêt de ces mystiques que l’étonnant Maximilien. Sa vie, son élévation à la suprême puissance par le fait seul de la parole, n’était-elle pas un miracle, et le plus étonnant de tous ? Plusieurs lettres lui venaient qui le déclaraient un Messie. Tels voyaient distinctement au ciel la constellation Robespierre. Le 2 août 93,