Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
239
CATHERINE THÉOT, MÈRE DE DIEU

qu’on fit-disparaître, et pour laquelle peut-être Fabre disparut ?

Pour formuler l’accusation, il fallait pourtant un fait, une occasion qu’on pût saisir. Robespierre la donna lui-même.

Dans ses instincts de police, insatiablement curieux de faits contre ses ennemis, contre le Comité de sûreté, qu’il voulait briser, il furetait volontiers dans les cartons de ce Comité. Il y trouva, prit, emporta des papiers relatifs à la duchesse de Bourbon, et refusa de les rendre. Cela rendit curieux. Le Comité s’en procura des doubles, et vit que cette affaire, si chère à Robespierre, était une affaire d’illuminisme.

Quel secret motif avait-il de couvrir les illuminés, d’empêcher qu’on ne donnât suite à leur affaire ?

Ces sectes n’ont jamais été indifférentes aux politiques. Le duc d’Orléans était fort mêlé aux Francs-Maçons et aux Templiers, dont il fut, dit-on, grand maître. Les jansénistes, devenus sous la persécution une société secrète, par l’habileté peu commune avec laquelle ils organisaient la publicité mystérieuse des Nouvelles ecclésiastiques, avaient mérité l’attention particulière des Jacobins. Le tableau ingénieux qui révélait ce mécanisme était le seul ornement de la bibliothèque des Jacobins en 1790. Robespierre, de 89 à 91, demeura rue de Saintonge au Marais, près la rue de Touraine, à la porte même du sanctuaire où ces énergumènes du jansénisme expirant firent leurs derniers miracles ; le principal miracle était de crucifier des femmes, qui, en descendant de la croix, n’en mangeaient que mieux. Une violente recrudes-