Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
261
LA RÉACTION PAR LES FEMMES

décident que l’homme immoral est suspect. Grave et sinistre désignation, plus redoutée alors qu’aucune peine !

Jamais aucun gouvernement ne poursuivit plus rudement, les filles publiques.

De là les secours aux filles-mères, dont on a tant parlé. En réalité, si les filles qui ont failli ne sont point secourues, elles deviennent la plupart des filles publiques. L’enfant délaissé va aux hôpitaux, c’est-à-dire qu’il meurt.

Les bals et les jeux (alors synonymes de maisons de prostitution) avaient à peu près disparu.

Les salons, où les femmes avaient tant brillé jusqu’en 92, se ferment avant 93.

Les femmes se jugeaient annulées. Sous ce gouvernement farouche, elles n’eussent été qu’épouses et mères.

La détente se lâche le 9 thermidor. Un débordement inouï, une furieuse bacchanale commença dès le jour même.

Dans la longue promenade qu’on fit faire à Robespierre pour le mener à l’échafaud, le plus horrible, ce fut l’aspect des fenêtres, louées à tout prix. Des figures inconnues, qui depuis longtemps se cachaient, étaient sorties au soleil. Un monde de riches, de filles, paradaient à ces balcons. À la faveur de cette réaction violente de sensibilité publique, leur fureur osait se montrer. Les femmes surtout offraient un spectacle intolérable. Impudentes, demi-nues, sous prétexte de juillet, la gorge chargée de fleurs, accoudées sur le velours, penchées à mi-corps sur la rue Saint-Honoré, avec les hommes derrière, elles criaient