Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
303
LA TOUR D'AUVERGNE


II


Théophile-Malo Corret (nommé plus tard La Tour d’Auvergne) naquit en 1743, à Carhaix, petite ville de Basse-Bretagne, au centre même de la presqu’île bretonne, loin de toutes les grandes routes. Ce pays, rude, sauvage, très romantique, n’a pas peu contribué à lui mettre au cœur ce profond amour de la Bretagne qui, transformé, agrandi, devint celui de la France, et fut la passion de sa vie, sa seule et unique passion, de la naissance à la mort.

Son père était avocat, quoique noble et seigneur de l’imperceptible seigneurie de Kerbeauffret (petit jardin des environs). C’était un de ces nobles nécessiteux à qui la coutume indulgente de Bretagne permettait, sans déroger, de plaider, naviguer, faire le commerce, etc. On nomma l’enfant Théophile, c’est-à-dire aimant Dieu, et Malo, en l’honneur d’un saint essentiellement Breton, de saint Malo, le patron et protecteur de la ville des corsaires, qui a donné Duguay-Trouin et tant d’autres héros de la marine.