Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
324
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

laquelle il buvait à l’armée des Pyrénées ; il donne ses manuscrits à un autre ; et, sûr de ne pas revenir, il distribue tout ce qu’il a. Son premier soin fut d’assurer une rente de six cents francs qu’il faisait à une pauvre famille.