Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

aimées, ces femmes, dignes d’être confondues par l’homme avec l’idéal même, la patrie et la vertu !… Qui ne se rappelle encore ce déjeuner funèbre où pour la dernière fois les amis de Camille Desmoulins le prièrent d’arrêter son Vieux Cordelier, d’ajourner sa demande du Comité de la clémence ? Sa Lucile, s’oubliant comme épouse et comme mère, lui jette les bras au cou : « Laissez-le, dit-elle, laissez, qu’il suive sa destinée ? »

Ainsi elles ont glorieusement consacré le mariage et l’amour, soulevant le front fatigué de l’homme en présence de la mort, lui versant la vie encore, l’introduisant dans l’immortalité.

Elles aussi, elles y seront toujours. Toujours les hommes qui viendront regretteront de ne point les avoir vues, ces femmes héroïques et charmantes. Elles restent associées, en nous, aux plus nobles rêves du cœur, types et regrets d’amour éternel !

Il y avait comme une ombre de cette tragique destinée dans les traits et l’expression de Condorcet. Avec une contenance timide (comme celle du savant, toujours solitaire au milieu des hommes), il avait quelque chose de triste, de patient, de résigné. Le haut du visage était beau. Les yeux, nobles et doux, pleins d’une idéalité sérieuse, semblaient regarder au fond de l’avenir. Et cependant son front vaste à contenir toute science semblait un magasin immense, un trésor complet du passé.

L’homme était, il faut le dire, plus vaste que fort. On le pressentait à sa bouche, un peu molle et faible, un peu retombante. L’universalité, qui disperse l’esprit sur tout objet, est une cause d’énervation.