Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
THÉROIGNE DE MÉRICOURT

l’Assemblée nationale… Et vous le bâtirez sur la place où fut la Bastille.

« Comment ! tandis que le pouvoir exécutif habite le plus beau palais de l’univers, le pavillon de Flore et les colonnades du Louvre, le pouvoir législatif est encore campé sous les tentes, au Jeu de paume, aux Menus, au Manège… comme la colombe de Noé, qui n’a point où poser le pied !

« Cela ne peut rester ainsi. Il faut que les peuples, en regardant les édifices qu’habiteront les deux pouvoirs, apprennent, par la vue seule, où réside le vrai souverain. Qu’est-ce qu’un souverain sans palais ? Un Dieu sans autel. Qui reconnaîtra son culte ?

« Bâtissons-le, cet autel ! Et que tous y contribuent, que tous apportent leur or, leurs pierreries ; moi, voici les miennes. Bâtissons le seul vrai temple. Nul autre n’est digne de Dieu que celui où fut prononcée la Déclaration des droits de l’homme. Paris, gardien de ce temple, sera moins une cité que la patrie commune à toutes, le rendez-vous des tribus, leur Jérusalem ! »


Quand Liège, écrasée par les Autrichiens, fut rendue à son tyran ecclésiastique, en 1791, Théroigne ne manqua pas à sa patrie. Mais elle fut suivie de Paris à Liège, arrêtée en arrivant, spécialement comme coupable de l’attentat du 6 octobre contre la reine de France, sœur de l’empereur Léopold. Menée à Vienne, et relâchée à la longue faute de preuves, elle revint exaspérée, surtout contre les agents de la reine qui l’auraient suivie,