Page:Mirbeau - L’Épidémie.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

le vagabond des grandes routes, mais content dans son devoir accompli !… Oui, Messieurs, si, dans ses promenades quotidiennes, il n’alla jamais plus loin que le vingt-cinquième arbre du boulevard du Nord, jamais, non plus, dans toutes les directions de la connaissance et de la fantaisie humaines, il ne dépassa ce vingt-cinquième arbre terminus et symbolique !… Il ne voulut accepter ni un honneur, ni une responsabilité, dans la crainte d’avoir à payer cela par des obligations… des charges… des affections peut-être !… qui l’eussent distrait de son œuvre… Comme l’a dit M. le Maire avec cette éloquence communicative dont je suis heureux de le remercier ici, Joseph économisa… Joseph épargna ! Rien ne l’arrêta… ni les vols domestiques, ni les catastrophes financières, ni les conversions de la rente… Et — ô sublime enseignement ! plus il épargnait, plus il se ruinait… et plus il se ruinait, plus il épargnait encore !… Admirons-le, Messieurs !…

TROISIÈME CONSEILLER (Sanglots.)

Quel malheur !… Quel malheur !…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION, plus enthousiaste.

Admirons-le, car il avait en toutes choses des idées saines et justes… Il ne donna jamais rien… on lui prit tout, tout !… Les Lots turcs… les Honduras… les Panamas… les Mines d’or… que sais-je ?… firent successivement le vide dans sa caisse et dispersèrent les valeurs de son portefeuille aux quatre vents des krachs financiers… Mais confiant et tenace, sans se plaindre, il recommençait sur ses propres ruines l’édifice patient et glorieux de l’Épargne !… Ce fut un héros, Messieurs… Ce fut le héros !… Gambetta a dit que les temps héroïques étaient passés !… Eh bien, il ne savait pas ce que c’est qu’un petit rentier !…