Page:Mirbeau - Lettres de ma chaumière.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je reculerai jusqu’au bout du monde le champ de nos conquêtes.

— Vive la République ! dit une voix.

Le candidat répondit : Vive la République !

— Vive le Roi ! dit une autre voix.

Le candidat répondit : Vive le Roi !

— Vive l’Empereur ! dit une troisième voix.

Et le candidat répondit : Vive l’Empereur !

En ce moment, une femme, qui était belle et triste, sortit des rangs de la foule, s’avança vers le candidat.

— Tu ne me connais pas ? demanda-t-elle.

— Non, répondit le candidat. Où t’aurai-je vue, maudite étrangère ?

— Je suis la France ! Et que feras-tu pour moi ?

— Je ferai ce que font les autres, ma mie, je mangerai, je dormirai ; mon ventre, mon bon ventre, se réjouira dans sa graisse. Avec l’argent que je prendrai dans ta poche,