Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

102 FABLIAU VI 140

Et descouverte l’achoison
Por qoi la bataille doit estre.
« Ha ! fet Symons, ce ne puet estre
Que vous ainsi vous combatez. »
Anieuse dist : « Escoutez :
Li plais est pris en tel manière
Que nus n’en puet aler arière,
Foi que doi au baron saint Leu ;
Je vueil que soiez en no leu ;
Si ferons que fère devons. »
Dont primes a parlé Symons :
« Je ne vos porroie achoisier,
Ne acorder, ne apesier,
Ainz aurez esprové voz forces.
Or garde bien que tu ne porces,
Anieuse, se ton poing non.
Sire Hain, je vous di par non,
Gardez bien que vous ne porciez
Nule chose dont vous faciez
Vo fame mal, fors de voz mains.
— Sire, si m’aït S. Germains,
Fet sire Hains, non ferai-gié ;
Mès or nous donez le congié
De no meslée comencier,
II n’i a fors del deschaucier
Les braies dont la noise monte. »
   Que vous feroie plus lonc conte ?
Les braies furent deschaucies,
Et enz enmi la cort lancies ;
Chascuns s’apresta de combatre ;